Comme à l’accoutumée, le Conseil des ministres s’est tenu le mercredi d’hier. A l’occasion le chef de l’Etat a insisté, en premier chef, sur « la lutte contre les violences faites aux femmes ». Une insistance qui sonne la traque contre les deux députés disparus depuis leur agression en séance plénière sur la personne de leur collègue Mme Amy Ndiaye. Une « chasse à l’homme » est ainsi lancée. Elle ne sera pas sans péril.

Des ennemis « publics » de la trempe de feu Ino ou encore le défunt marabout et homme d’affaires Khadim Bousso avaient fait l’objet de recherches. Les fugitifs avaient fini par être débusqués et arrêtés, « vivants ou morts ». Ce que devait méditer Massata Samb et Mamadou Niang : les deux députés qui s’en étaient pris, physiquement et violemment, à une faible femme du groupe parlementaire au pouvoir. C’étaient en pleine séance plénière de l’Hémicycle. Depuis ils ont disparu, en profitant de de la suspension de séance décidée par le président de l’institution après leurs faits, qui ont secoué la toile et mis au banc des accusés le Sénégal. Les dénonciations et condamnations se sont élevées de partout à travers le monde. Leur acte a ulcéré jusqu’au président de la République, qui a insisté en Conseil des ministres sur « la lutte contre les violences faites aux femmes ». Allusion ou pas, il est certain que les députés qui risquent leurs sièges, seront pistés et retrouvés. Leur désertion publique est ainsi comptée. Cependant membres du Parti pour l’unité et le rassemblement (Pur), leur arrestation pourrait faire grincer quelques dents, puisque c’est le marabout-politicien Serigne Moustapha Sy qui est le président d’honneur de leur formation politique. Ses disciples s’en étaient pris à mort à des policiers sous le régime de Diouf. Des « fanatiques » sont plus que jamais dans son entourage et il se chuchote que c’est vers lui qu’ils se seraient réfugiés. D’où de plus en plus d’inquiétudes de voir des tentatives de résistance contre l’arrestation imminente des deux camarades et condisciples.

·         Leur recherche déclenchée suite à la saisine du procureur de la République par le président de l’Assemblée nationale va s’intensifier ; surtout que le chef de l’Etat a invité à lacer la prochaine Journée internationale de la Femme sous le thème de la « Consolidation de l’Engagement national contre les violences faites aux femmes ».

·         La messe est ainsi dite contre Samb et Niang, avec de probables résistances.

A D BADER

By Babou