Après un long et stressant suspens, le Sénégal dispose de son Premier ministre : Amadou Ba, qui a formé son équipe de « combat et de terrain ». L’ancien argentier de l’Etat doit se sentir d’attaque, parce que dans l’attribution des postes, le plein est revenu, encore et plus, à la locomotive de la coalition Benno : l’Apr du Président Sall.

C’est un gouvernement de 38 ministres que le Premier ministre Amadou Ba a mis en place. Des ministres dont la tâche s’annonce difficile, au regard des myriades d’attentes et d’espoirs des Sénégalais. C’est sans doute pourquoi, d’emblée, ces nouveaux nommés ont été mis en alerte par le « capitaine » de l’équipage. Et sous les lots, c’est comme si Amadou Ba semble pressé d’en découdre avec le « taureau » aux deux cornes : la demande sociale et les tensions qu’elle peut engendrer. Et comme s’il en avait pris l’exacte mesure, dans sa première prise de parole, il a informé tout de go à son équipe que les passations de service vont se dérouler dès ce lundi.

Amadou Bâ doit être sans doute être davantage confiant du fait que dans la composition de son Gouvernement, leur Alliance pour la République (APR) s’est taillé la part du lion. En effet parmi les partis membres de la coalition Benno, la formation du Président Sall s’est accaparé des gros morceaux du « gibier » avant de servir les restes à ces alliés. En nombre, comme en postes stratégiques. Ainsi, entre autres alliés de la première heure, le Parti socialiste n’a pas connu une évolution numérique dans la taille gouvernementale. Puisque c’est toujours l’indéboulonnable Sérigne Mbaye Thiam qui figure dans l’équipe. Même si les socialistes peuvent par ailleurs se contenter du non moins stratégique poste de Président du haut conseil des collectivités territoriale (HCCT), occupée par Aminata Mbengue Ndiaye : une des caciques de la maison verte de Colobane, devenue son chef de famille.

Les  autres alliés des premières heures telles que  la LD ou AJ/PADS, partis de gauche, se contentent de postes de prestige octroyés à leurs leaders. Car cela fait maintenant des décennies que le Professeur Abdoulaye Bathily occupe le poste d’envoyé spécial de l’Onu dans les grands lacs et maintenant en Libye. Poste qu’il occupe sûrement avec le lobbying du gouvernement du Sénégal.

Mais, dans ce partage de « gâteau » le moins servi semble être Landing Savané, qui revendique avec Decroix la paternité d’Aj/Pads. N’empêche, le leader Maoïste ne s’est jamais en tout cas plaint. Et, qui ne dit rien consent.

Cependant après les alliés classiques, d’autres alliés de circonstance avaient pris le train en cours de route. C’est le cas du parti Rewmi de Idrissa Seck, l’ancien tout-puissant Premier ministre de Wade et non moins ex-maire de Thiès ne s’est pas fait prié quant il s’est agi de prendre le dernier « wagon marron beige ». Aujourd’hui, le pari semble gagné pour Idrissa Seck, dont les ministres sont maintenus : Yankhoba Diattara, au ministère des sports, et Ali Saleh Diop à celui de l’Elevage. Et lui demeure Président de la 3ème institution du pays : le Conseil économique, social et environnemental (Cese).

Dans le « wagon » gouvernemental « marron beige » se trouve également un précieux client, pris sur le quai  de la gare à une heure très critique : Pape Diop, qui a rallié BYY juste après les législatives de 31 juillet 2022. Ce qui permit à BBY d’avoir une majorité relative à l’Assemblé nationale. Ainsi, Professeur Aliou Sow, allié de Pape Diop lors des législatives, est nommé ministre de la Culture et du Patrimoine. L’honorable Pape va-t-il se contenter juste de son siège et du fauteuil de Pr Sow ?

Pour sûr dans la distribution des postes dans le Gouvernement Amadou Ba, le partage semble bien accepté.

By Babou