Tournée africaine : Anthony Blinken emboîte le pas à Serguei Lavrov
Quelques semaines après la tournée du chef de la diplomatie russe, Serguei Lavrov, voilà son homologue américain, Anthony Blinken qui foule le sol africain. Une visite qui commence par l’Afrique du Sud, avant de se poursuivre en République démocratique du Congo et au Rwanda. Il faut dire que l’Afrique reste un enjeu pour les deux géants. La Russie comme l’Amérique chacune cherche à consolider son influence en Afrique. La guerre en Ukraine que certains analystes de la géopolitique internationale qualifient “de guerre par procuration entre américains et russes”, l’est tout au tant sur le plan diplomatique. Dès le début du conflit en Ukraine, l’Afrique avait adopté une position neutre. Certains chefs d’État et organisations régionales et sous-regionales se gardant de condamner ou de soutenir un camp.
Alors cette visite du chef de la diplomatie américaine en Afrique du Sud, RDC et Rwanda n’est pas anodine. L’Afrique du Sud est un membre fondateur du Brésil, Russie, Inde, Afrique du Sud (BRICS). Une entité qui défend les intérêts de ces pays. Dont la Russie est membre actif.
Le Rwanda, depuis la fin du génocide le 15 juillet 1994, reste un allié sûr des américains dans cette partie du continent. À rappeler que les américains ont contribué à la reconstruction du tissu social rwandais, à l’aide aux réfugiés et à la coordination de l’aide internationale non étatique. Et cela dès les premières heures de la fin du génocide.
Aujourd’hui, un regain de tensions mine les relations entre les deux voisins (RDC Rwanda). La RDC à tort ou à raison accuse le Rwanda de soutenir les rebelles du M23.

By Babou